Maryse Bastié, une femme aviatrice incroyable – Août 1929 transfert en 9.5mm

Comme chaque année, et de manière étrangement cyclique, le 8 Mars est l’anniversaire de Roro, mon beau-frère. Et comme chaque année, je ne peux m’empêcher de décrocher mon téléphone, et de lui souhaiter, rigolard, une excellente Journée internationale des droits des femmes 2021. Mais bon, il faudra quand même essayer de me renouveler l’an prochain…

Ici, voici un film 9.5mm Pathé Baby numérisé en 4K, issue des Actualité Pathé du 29 Août 1929 rapportant le nouveau record de durée de vol réalisé par Maryse Bastié.

Maryse Bastié Record féminin de durée de vol en avion – Août 1929

Maryse Bastié, une Femme Extraordinaire !

Maryse Bastié Record féminin de durée de vol en avion – Août 1929-UHD

Jusque maintenant Maryse Bastié était pour moi qu’un nom de rue à cinq minutes à pieds de la rue du Tage (mediaCapture Italie). Mais il s’avère que la vie de cette dame a été véritablement incroyable.

Maryse Bastié, née Marie-Louise Bombec, est orpheline de père à l’âge de onze ans. Adolescente, elle commence sa vie active en tant que piqueuse sur cuire dans une usine de chaussure du côté de Limoges. Après un premier mariage et la perte de son premier fils, elle divorce et épouse son filleul de guerre, le lieutenant Louis Bastié. C’est son marie qui lui donne le goût pour l’aviation. Elle obtient son brevet de pilote le 13 Novembre 1925.
Rapidement, Maryse Bastié enchaine record de vol sur record. Record féminin de distance de vol (1058 km) entre Paris et Treptow-sur-Rega (Pologne) en 1928; puis deux records de durée de vol en 1929, premier record en durée de vol féminin français (10h30), et la même année record mondial féminin de durée de vol (26h44) que l’on voit sur cette video.
Après plus 26 heures de vol, toujours aussi fraiche.
Elle perdra ce record quelques mois plus tard au profit Léna Bernstein (35 h 45) en 2 Mai 1930 et s’acharnera à le récupérer le 2 Septembre 1930.
Maryse Bastié établira un nouveau record de distance entre Paris – Uhring (URSS) sur un vol de 2976 km. Cela lui vaudra la croix de chevalier de la Légion d’honneur, mais surtout le Harmon Trophy américain décerné, pour la première fois, à une Française.
La vie de Maryse Bastié ne se résume pas seulement à enfiler des records comme des perles, elle fut aussi militante pour le droit de vote des femmes française dès 1934. Elle s’enrôlera pendant la seconde guerre mondiale dans l’armée française en convoyant des avions sur sur le front en tant que sous-lieutenant. Après la défaite française, elle s’engage auprès de la Croix Rouge auprès des prisonniers français regroupés au camp de Drancy, où elle jouera le rôle d’agent du renseignement pour la Résistance. C’est lors de cette période qu’elle perd l’usage de son bras droit qui l’interdira à jamais de piloter.
Après guerre, elle sera l’une des instigatrice de la création du Corps féminin de l’Armée de l’air française.
Pour en savoir plus sur Maryse Bastié, c’est ici.

Défiler vers le haut